icon_facebookicon_google-plusicon_pinteresticon_twitterlogo_ukoo

Clio en cartes 5 - Cartographier la frontière hier et aujourd'hui

Affiche pour la journée d'étude Clio en CartesPour sa cinquième édition, Clio en cartes souhaite s’intéresser à la thématique des représentations cartographiques des frontières. Objets géographiques et historiques, ces dernières ont des incidences sur l’organisation des espaces et des sociétés et intègrent différentes dimensions (politique, symbolique et matérielle) qui peuvent être, au choix, ignorées ou au contraire prises en compte lors du processus d’élaboration des cartes.

On s’interrogera, d’une part, sur les enjeux de la cartographie des frontières hier et aujourd’hui d’autant plus que ces dernières connaissent de profondes transformations : dévaluation de certaines frontières dans le cadre du processus de construction européenne ; transfert de fonctions vers des frontières–nœuds (aéroports, ports) ; militarisation et édification de murs ; etc. En quoi la cartographie permet-elle une représentation des frontières ou autrement dit, comment les cartes aident-elles à fixer, à un moment donné, une frontière ? Alors que, jusqu’au XIXe siècle, les contemporains distinguaient la « frontière » (registre de l’Etat, des principautés et de de la guerre) de la « limite » (plus précise, plus fine, contractuelle et polycentrique), on cherchera d’abord à étudier comment l’outil cartographique a permis, à l’époque, de représenter et de définir ces espaces de contacts avant de s’intéresser à la manière dont les chercheurs cartographient ces territoires. Porteuses d’un message politique, résultats de choix, les cartes fixent sur le papier – ou sur les écrans – des représentations de l’espace parfois contradictoires.

On cherchera, d’autre part, à étudier le rôle de la cartographie dans le processus de questionnement de la pertinence des frontières politiques aujourd’hui comme hier. Il s’agit en effet de rendre compte de phénomènes transfrontaliers complexes qui s’étendent parfois sur un temps long et sont ainsi confrontés à de multiples recompositions territoriales. Est-il possible de matérialiser la perméabilité d’une frontière ? Quelles sont les sources et méthodes à disposition des chercheurs ? Toutes les frontières sont-elles cartographiables ?

Ces questions dépassant le niveau des frontières étatiques contemporaines, les contributions devront permettre de construire une réflexion multiscalaire et diachronique. Merci d’envoyer vos propositions (titre, court argumentaire, titulature) avant le 30 juin 2017 à benjamin.furst@uha.fr.

La journée d’étude aura lieu à Mulhouse le lundi 13 novembre 2017.

Comité scientifique

  • Daniel Nordman, directeur de recherche émérite au CNRS (CHSIM)
  • Bernard Reitel, professeur de géographie à l’Université d’Artois (Discontinuités)
  • Nicolas Verdier, directeur de recherche au CNRS (Géographie-cités) et directeur d’étude à l’EHESS
  • Régis Boulat, maitre de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Haute-Alsace (CRESAT)
  • Benjamin Furst, ingénieur d’étude, doctorant en histoire moderne (CRESAT)
  • Odile Kammerer, professeur honoraire d’histoire médiévale à l’Université de Haute-Alsace (CRESAT).

Comité d’organisation

  • Régis Boulat
  • Benjamin Furst
  • Odile Kammerer
  • UHA (CRESAT)